le-saint-antoine-2

« J’aime l’énergie que Rennes peut procurer »

Gildas Ménard est directeur du Best Western Premier Collection - Hôtel Le Saint-Antoine et The Originals City Hôtel Le Sévigné.

Gildas Ménard est à la tête de deux hôtels du centre-ville de Rennes. Alors qu’il se destinait au métier de professeur des écoles, il a découvert le secteur du tourisme en 2012. Depuis, il arpente toujours avec autant de plaisir les couloirs du Saint-Antoine et du Sévigné, pour faire de chaque séjour client une réussite.

Son avenir tout tracé le destinait au métier de professeur des écoles. Après de multiples expériences dans l’animation en saison dans les villages vacances et hôtellerie de plein air, il devient, en 2012, adjoint de direction dans un grand camping de la côte vendéenne. « J’ai appris un peu plus sur le tourisme, le contact client, l’organisation d’une réception, l’organisation des séjours. » Changement de programme donc : il travaillera dans le tourisme et l’accueil. L’année d’après, il rejoint l’équipe de l’hôtel Isidore à Rennes d’abord comme réceptionniste de nuit, « le couteau suisse de l’hôtellerie » puis à la réception de jour.  

Gildas Ménard, directeur des hôtels Best Western Premier Collection - Hôtel Le Saint-Antoine et The Originals City Hôtel Le Sévigné.
Gildas Ménard, directeur des hôtels Best Western Premier Collection – Hôtel Le Saint-Antoine et The Originals City Hôtel Le Sévigné.

De fil en aiguille, il gagne en responsabilité jusqu’en janvier 2016 où on lui confie la direction de réception à l’hôtel Saint-Antoine. « Travailler avec l’humain est très enrichissant. Il y a ce double flux : je donne et je reçois en retour. Au Saint-Antoine, l’humain est au centre de nos préoccupations, du côté des clients comme du personnel. » Le Saint-Antoine est un établissement 4 étoiles avec salle de séminaire, un SPA, 61 chambres et 25 salariés en activité. Il se trouve à quelques centaines de mètres du Sévigné, un établissement 3 étoiles de 45 chambres avec 9 salariés, dont Gildas Ménard a pris la direction en février 2021. 

Chambre au Best Western Premier Collection – Hôtel Le Saint-Antoine

Des soirées jazz dans le hall de l’hôtel 

Au Saint-Antoine, Gildas Ménard a mis en place l’organisation d’une soirée jazz chaque trimestre. Il se souvient particulièrement de la première. « Faire un concert dans un hall d’hôtel en servant des boissons et quelques tapas, c’était complètement innovant. Cela renvoyait aussi à la capacité de chacun à se dépasser, faire quelque chose de différent. Nous avons réalisé une prestation aboutie de bout en bout, un succès ! J’ai vraiment senti cela comme un acte fondateur, une symbiose avec toute l’équipe. » Ses équipes, justement, il les choisit très éclectiques. « Les parcours atypiques ne m’effraient pas. Au contraire. Je choisis bien sûr des personnes issues de l’hôtellerie mais aussi des profils différents qui ont voyagé. J’ai moi-même apprécié, il y a quelques années, que l’on m’ouvre cette porte. » 

Best Western Premier Collection – Hôtel Le Saint-Antoine

« J’aime la mentalité bretonne » 

Ce Vendéen d’origine est arrivé à Rennes un jour de 2012, avec sa compagne qui terminait ses études dans la capitale bretonne. « J’étais en transition professionnelle et j’avais du temps : j’ai flâné dans les rues du centre-ville, je passais des après-midis à me perdre dans les petites rues pavées. J’ai tout de suite aimé cette ville, l’énergie qu’elle procure. J’aime la mentalité bretonne, ce sentiment d’appartenance à une forte identité. Je ne sais pas au bout de combien d’années on peut être considéré comme breton !? » 

The Originals City Hôtel Le Sévigné

Gildas Ménard aime les vieilles pierres et l’architecture rennaise le comble. « Le Parlement de Bretagne est vraiment une référence d’une grande beauté. Le Palais Saint-Georges est une autre bâtisse qui m’impressionne également. J’ai la chance de pouvoir l’apercevoir du toit de l’hôtel Saint-Antoine… » 

Chambre à l’hôtel The Originals City Hôtel Le Sévigné

RSE : Les acteurs du territoire agissent 

« La marque Best Western a pris ce virage depuis deux ans en ouvrant un module RSE. Quant à nous, au Saint-Antoine, nous avons une équipe de jeunes salariés sensibilisés à l’environnement, les circuits courts, les produits locaux, le traitement et la valorisation des déchets. Pour le petit-déjeuner, nous nous sommes tournés vers les producteurs locaux. Nous avons également établi un partenariat avec Too Good To Go pour récupérer les invendus des buffets. Nous maîtrisons mieux ainsi nos quantités. Avec l’argent récupéré, nous avons noué un partenariat avec les Blouses Roses, une association qui s’occupe des enfants hospitalisés. Nous les avons invités au Saint-Antoine. Enfin, dans la gestion des équipes, notre philosophie est de faire évoluer les salariés dès que cela est possible. » 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email